Myelom-Gruppe Rhein-Main

Dernière mise à jour: 12 janvier 2013

Traitement aux bisphosphonates

L'un des symptômes les plus fréquents chez les patients atteints de myélome multiple et décisifs dans l'établissement du diagnostic, est la présence de douleurs osseuses, en particulier dans la zone de la colonne vertébrale et des côtes. Ces douleurs sont causées par la destruction de la trame osseuse, favorisée de son côté par les cellules myélomes. Les bisphosphonates font partie du traitement standard du myélome multiple. Ils sont susceptibles de bloquer le processus de destruction osseuse.

Les cellules myélomateuses produisent des facteurs qui stimulent l'activité des cellules chargées de la destruction des tissus osseux vieillis (ostéoclastes) et entraînent la destruction accrue du tissu osseux. Dans ce cas, il semble que des facteurs locaux jouent un rôle, de sorte que l'on trouve la plus forte dissolution du tissu osseux là où les cellules myélomes se sont installées. Cela concerne plus particulièrement l'ensemble de la colonne vertébrale, le bassin, la ceinture pelvienne, mais aussi l'os du crâne, les épaules et le thorax osseux. Le traitement aux bisphosphonates vise à empêcher la suractivité des ostéoclastes. Les douleurs osseuses des patients traités s'en sont souvent trouvées nettement atténuées.

Les bisphosphonates sont des médicaments relativement sûrs. Ils peuvent toutefois provoquer des symptômes pseudogrippaux et même, en début de traitement, renforcer temporairement les douleurs osseuses. Tous les bisphosphonates peuvent provoquer des problèmes rénaux lorsqu'ils sont perfusés trop vite. Bien qu'on ne dispose pas encore d'études longitudinales, on recommande de traiter toute leur vie les patients atteints de myélome aux bisphosphonates tout en surveillant régulièrement le fonctionnement rénal.

Il est probable que les bisphosphonates empêchent la progression de la destruction osseuse, mais n'aident pas à réparer les dommages existants. Bien qu'on ne dispose pas encore d'études à ce sujet, certains médecins traitent déjà leurs patients aux bisphosphonates aux stades précoces du myélome à titre de mesure préventive. Les examens de laboratoire ont montré en effet que les bisphosphonates avaient le pouvoir de détruire les cellules myélomes.

Il arrive parfois qu'on constate chez les patients traités aux bisphosphonates les signes d'une ostéonécrose. Il s'agit d'une destruction osseuse de la mâchoire. Les conséquences peuvent en être des douleurs, le déchaussement des dents, des arêtes vives de tissu osseux à nu et la cassure de petits fragments d'os. Les premiers symptômes sont souvent des enflures, un sentiment d'insensibilité et des douleurs de plus en plus vives. En cas d'intervention chirurgicale sur la mâchoire, le processus de guérison peut s'en trouver énormément perturbé. On ne sait pas encore si c'est le type du bisphosphonate ou bien d'autres facteurs (l'irradiation, d'autres médicaments, les traitements dentaires préalables p. ex.) qui en sont responsables.

Jusqu'à ce que ces questions soient élucidées, on recommandera aux personnes atteintes de myélome de signaler à leur dentiste qu'elles suivent un traitement aux bisphosphonates. Si les problèmes décrits surviennent, il vaut mieux interrompre le traitement pendant deux à quatre mois. Dans le cas d'infections dans la zone de la mâchoire, un traitement aux antibiotiques est conseillé.